Revue de presse

La qualification des détenus à la réinsertion

La qualification des détenus à la réinsertion

La qualification des détenus à la réinsertion, l’une des missions fondamentales assignées à la DGAPR

Date:

 

La qualification des détenus à la réinsertion est l’une des missions fondamentales assignées à la Délégation générale à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion, à travers des programmes conçus dans les établissements pénitentiaires au profit des détenus qui sont d’ordre éducatif, culturel, spirituel et distractif, sans oublier tout ce qui concerne le renforcement de leur communication avec le monde extérieur. Cette frange de la société dont le nombre s’élève à 74039 détenus, jusqu’au 31 décembre 2015, selon les statistiques relatives à la population carcérale, bénéficie de ces programmes grâce à la Haute sollicitude de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu le préserve, qui a effectué plusieurs visites dans des établissements pénitentiaires pour y inaugurer des centres pédagogiques et éducatifs au profit des détenus et s’enquérir de leur situation et de leurs conditions de détention.

 

 

En outre, la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, dont SM le Roi préside le conseil d’administration de manière effective, soutient ces programmes dans le cadre de partenariats privilégiés avec plusieurs secteurs gouvernementaux concernés et tous ces efforts ont permis d’augmenter de 100 pc le nombre de détenus bénéficiaires au cours des cinq dernières années.

Le rapport d’activité 2015 de la Délégation générale souligne que la qualification des détenus à la réinsertion comprend huit axes relatifs à l’enseignement, l’alphabétisation et l’éducation non formelle, la formation professionnelle, la formation artistique et artisanale et l’emploi des détenus, les activités culturelles, sportives et religieuses, la prise en charge sanitaire, le soutien psychologique et social, outre la communication avec le monde extérieur et l’individualisation de la peine au niveau de l’exécution comme mécanisme d’encouragement des détenus à la réinsertion.

Concernant l’axe afférent à l’enseignement, l’alphabétisation et l’éducation non formelle, les données sur la classification des détenus montrent que leur niveau scolaire est très faible et que le taux d’analphabétisme est élevé parmi eux.

De ce point de vue, les programmes relatifs à l’enseignement et à l’alphabétisation revêtent un intérêt tout particulier dans la stratégie dédiée par la Délégation générale à la réinsertion.

En effet, la Délégation générale tient à poursuivre ses efforts pour réaliser ses objectifs dans ce domaine à travers l’aménagement et l’équipement d’espaces appropriés et l’affectation des cadres nécessaires pour mettre en oeuvre ces programmes de façon à en augmenter les bénéficiaires, en coordination avec les départements concernés.

Le rapport fait état d’une évolution sensible du nombre de bénéficiaires au cours des cinq dernières années en passant de 6050 bénéficiaires (année scolaire 2011/2012) à 9928 (année scolaire 2014/2015).

Par ailleurs, le taux de réussite chez les détenus candidats aux examens du baccalauréat a avoisiné les 31 pc, dépassant le taux national des admis parmi les candidats libres.

Lire la suite sur :


 

La qualification des détenus à la réinsertion